Cyclades | Mykonos et Délos | Naxos et Paros | Santorin | Amorgos
 
 

Le marbre
 
Durant l'Antiquité, le marbre blanc de Paros était particulièrement recherché. Les bâtisseurs de temples mais surtout les sculpteurs rêvaient de tailler leurs oeuvres dans ce calcaire d'une transparence supérieure au fameux marbre de Carrare. Du 3e millénaire avant Jésus-Christ au 15e siècle de notre ère, les carrières de l'île ont fourni la pierre nécessaire à la réalisation des idoles cycladiques, de l'Acropole d'Athènes ou de la Vénus de Milo. Fermées par les Turcs au 16e siècle, elles ont tout de même fourni le marbre qui permit d'exécuter le tombeau de Napoléon. Entre-temps, les îliens se servirent des vestiges des temples pour construire leurs maisons et étables ! Aujourd'hui, les carrières ont été réouvertes, et, si l'on regarde bien où l'on met les pieds, il n'est pas rare de constater que certaines ruelles de Parikia sont dallées de ce marbre merveilleux.
 
Tsatziki
 
La recette de ce plat servi en entrée est simple. Mélangez 1 concombre pelé et finement tranché à 1 livre de yaourt. Ajoutez 1 cuillérée à soupe d'huile d'olive, un zeste de vinaigre, 1 gousse d'ail émincée et un peu d'aneth. Salez et poivrez selon le goût et mettez le tout au frigo pendant une heure et demie.


 
En savoir plus | Partir | Célébrités | Spécialités