Polynésie | Moorea | Bora Bora | Tuamotu | Marquises
 
 


 
 

LE TATOUAGE
 
Plus qu'un simple phénomène de mode, la pratique du tatouage extériorise toute la force de l'âme marquisienne. A l'origine, ce rite était une nécessité pour le Maohi, car son corps ainsi orné signifiait qu'il était entré dans le monde des " Enata ", le monde des Hommes. Ces marques inaltérables étaient complétées durant toute la vie jusqu'à s'étendre des pieds à la tête si l'on se situait au plus haut de la hiérarchie. Les motifs de ces tatouages désignaient l'appartenance à un clan ou à une zone géographique. Si depuis quelques années le tatouage recommence à couvrir la peau de jeunes Marquisiens, c'est pour exprimer une identité, une culture, ainsi qu'un savoir esthétique.
 
LA DANSE
 
Tout aussi empreinte de tradition et d'élégance, la danse est une seconde nature pour les Polynésiens. Chaque île a ses troupes, qui participent à des concours où elles rivalisent de perfection, car chaque geste, chaque mouvement a une signification. Les hommes portent un pagne court et de grandes coiffes, les femmes un paréo ou une robe en matières végétales. Coquillages, plumes, feuilles et fleurs décorent les vêtements. Le " tamure " est certainement la danse la plus connue, mais on sait peu que la fameuse ondulation du bassin que les danseuses exécutent avec virtuosité s'appelle le " hura ".
 
A voir lors du Festival des Arts et Traditions (Heiva Nui) qui se déroulera pour l'année 2000 du 28 juin au 23 juillet.


 
En savoir plus | Partir | Célébrités | Spécialités